Marché et actualité

Bilan marché immobilier 2022 Metz : le marché immobilier garde le cap

02 Janvier 2023


Au niveau national, l’année 2022 a été marquée par un chamboulement du contexte économique, avec notamment la hausse des taux de crédit, la baisse du pouvoir d’achat induite par l’inflation, …, entraînant un bouleversement du marché immobilier.

Le marché messin, pour sa part, a plutôt bien gardé le cap puisque ce n’est que depuis la rentrée des classes de septembre qu’il commence à se ralentir.


Le bilan de l'année :

Si le marché immobilier à Metz a réussi à se maintenir une bonne partie de l’année, et ce malgré un contexte complexe, tant économique que géopolitique, la rentrée scolaire de septembre a marqué un tournant.

Depuis lors, nous voyons arriver les effets d’une économie de moins en moins porteuse (inflation, taux de crédit en hausse, contexte géopolitique incertain,…) alors que nous étions jusqu’à présent plutôt épargnés. Ainsi, nous constatons désormais de plus en plus de négociations de prix, portant ces derniers à la baisse


Les quartiers qui ont la cote


Les quartiers très prisés que sont ceux de l’hyper centre, de St Thérèse et Queuleu, nous sommes actuellement sur une fourchette allant de 2 500€ le m², pour un bien avec travaux, jusqu’à 3 500€ pour un bien rare, digne du coup de cœur.

Depuis quelques mois et la reprise en main du marché immobilier par les acquéreurs, les négociations sont dorénavant plus fortes. Nous notons alors une baisse des prix de 10% environ.

A titre de comparaison, sur ces mêmes secteurs, il y a 5 ans, le m² était entre 2 000€ pour un bien doté de travaux et 2 600€ pour un logement en bon état.

Du côté du vieux Sablon, les prix sont stables depuis quelques mois aux alentours de 2 500€ pour un produit lambda et près de 3 000€ pour un beau bien, soit près de 20% de plus qu’il y a 5 ans.

Les secteurs les plus prisés actuellement sont, sans surprise, l’hyper centre de Metz ainsi que le quartier Impérial, celui de Sainte Thérèse ou de la Vacquinière. En dehors de Metz, les communes de Marly, Saint-Julien-lès-Metz, Plappeville ainsi que Scy Chazelles ont la préférence des acquéreurs en raison de leur proximité directe avec Metz ainsi que leur douceur de vivre.


Les quartiers moins prisés :



Comportant de nombreuses constructions datant des années 70, période peu appréciée par les acquéreurs, une partie du Sablon et Plantières affichent un prix au m² à 2 200€ en moyenne. Si la hausse est plus contenue, il est à souligner qu’il y a 5 ans, le m² était plutôt à 1 700€.

Le quartier de Borny n’a pas du tout la côte
. Deux explications simples : d’une part, le quartier souffre toujours de sa mauvaise réputation, d’autre part, les biens ont majoritairement été construits dans les années 70, une période peu prisées par les acquéreurs



Leur préférence va plutôt vers des logements rénovés et tendance, qui se vendent donc très chers, ou, Saint Graal, la maison de ville qui, si elle en fait rêver beaucoup, ne fait que peu d’élus car les offres se font rares. Ainsi, si vous avez la chance de pouvoir prétendre en acquérir une, il faut faire (très) vite et pas question de négocier !

Les biens présentant des travaux sont, eux, plus difficiles à vendre mais peuvent trouver preneur auprès d’une clientèle aguerrie qui en discutera le prix.


Côté immobilier neuf :

Il y a deux types de biens :

  • ceux qui sont prisés et se vendent ou revendent bien comme l’éco quartier, le quartier militaire de Montigny ou aux abords de la Manufacture, proche de l’hyper centre, du lycée Fabert et des bords de la Moselle,

  • ceux qui prennent du temps à la revente car les prix étaient élevés, à l’image du quartier de l’amphithéâtre.


A quoi ressemble les acquéreurs messins ?


Le marché messin est assez diversifié car, si les primo-accédants sont très présents, une typologie assez large d’acquéreurs est également représentée : des célibataires, des couples recomposés, des divorcés, des seniors, …

Du fait de son prix au m² abordable, Metz offre un bon pouvoir d’achat immobilier, ce qui permet ainsi à de nombreux Français de concrétiser leurs projets de vie immobilière. Si la majorité des acquisitions se font dans le cadre d’une résidence principale, nous comptons également une clientèle d’investisseurs de plus en plus grande qui, plutôt que de laisser leur argent à la banque, préfèrent les placer dans l’immobilier

Que nous réserve 2023 ? 


Pour répondre à cette question, nous laissons la parole à notre PDG, Thierry Benedic : “j’ai confiance en l’ensemble des professionnels du groupe Benedic et n’ai aucun doute sur le fait qu’ils mettront tout leur savoir-faire et professionnalisme au service de nos clients afin de leur permettre, encore et toujours, de réaliser leurs projets de vie et ce, qu’importe le contexte